• page 2.


    je n'arrive pas a dormir!peut etre a cause de cette folle croisée au hasard de ma balade.


    je repense surtout a cet air triste et froid qu'elle avait dans le regardet dans toute la splendeur de sa vieillesse,je la trouvais belle malgré tout.


    le lendemain matin,je depose a la hate mes enfants a l'ecole et repard d'un pas vif afin de ma rechauffer le corps!


    je n'ai qu'une idée en tete,rejoindre la dame croisée la veille.


    que pouvait elle bien me dire?son histoire qu'avais t elle de si importante?


    j'arrive sur la place du marché,je commence a raler car je deteste le monde!iln'est que 9h du matin et cela a le don de m'ennerver.


    on dit que les marchés provinciaux sont reputés pour leurs odeurs et leurs couleurs,moi je trouve cela stupide.ces gens qui vous bousculent sans un mots d'excuse,ca m'exaspere et le week end,c'est encore pire.


     


     


    votre commentaire
  • page 1.


    Je me lamente sur moi-meme et me dis parfois que la vie ne vaut pas la peine d'etre vecue.C'est une chose que je me dis souvent et ma seule consolation et de me dire qu'il y a,sur cette basse terre,bien pire que moi.


    Je suis assise dans un bar a regarder les gens defilés,je trouve cela drole et c'est une activitée que je pratique regulierement quand je suis dans cette situation.Savez vous qu'il y a beacoup a apprendre sur eux lorsque l'on prend la peine de les observer?.Nous sommes au mois de novembre,je ne parviens plus a tenir mon stylo tellement le froid m'engourdie les doigts.


    En regardant autour de moi,je m'appercois qu'une vieille dame d'un certain age aux allure de jeunes filles me scrute du regard.Ce qui me perturbe le plus,se sont ses lunettes rondes,argentées,de mauvaise qualitées(probablement achetées dans un de ses magasins discounts)car ses verres sont si epais que l'on dirait presque des loupes,ce qui ratrecient davantage ses yeux couleurs noisettes.Autour de son coup,un simple pendentif en forme de coeurs.


    Je suis intrigué par son apparence,triste et froide,elle me fait pitié au fond!


    Elle a du remarquer que je la toisais,j'en etais presque gené,lorsque celle -ci se leva pour me demander une cigarrette que je lui offre bien volontiers.


    Le froid fini par avoir le dessus sur moi,je decide donc de regler ma consommation et commenca a partir,quand la vieille femme m'interpelle et me dis:


    -"Si vous avez du temps,revenez demain a le meme heure,au meme endroit,je vous raconterez mon histoire."


    Je l'ai prise pour une folle!


    votre commentaire
  • ne me parlez plus d'amour,


    il vous trahit et vous trensperce,


    en vous laissant dans des souvenirs,


    vous fais croire qu'un jour peut etre,


    il parviendra a illuminer vos nuits.


    ne me parlez plus d'amour,


    car j'ai chercher jusqu'a en perdre haleine,


    d'aussi loin que je me souvienne,


    je n'ai laisser qu'en otage,


    des mains blasées,usées par l'absence.


    ne me parlez plus d'amour,


    il m'envahit et m'envelloppe dans une solitude,


    secret voluptueux que rien ne blesse,


    moi qui m'en vais chercher ailleurs,


    tout ce dont je n'ai pas eu.


    melodie de mon coeurs,viens fredonner au fond de moi,


    ces desirs absolues,


    j'aime en secret et m'enferme en silence,


    moi qui me perd en ton ame.


    votre commentaire
  • te souviens tu de cet endroit,


    de ces moment de genes et d'incomprehensions,


    tu etais mon modele,mon espoir,


    moi,petite fille fragile et sans moeurs.


     


    te souviens tu de tes gestes imbibés d'alcool,


    toi qui m"effleure et m'effeuille en silence,


    ton haleine pue la mort et mon degout s'enchaine,


    l'orsque tes mains parlent sur mon corps denudé


    et que ton visage reste de marbre devant mes yeux qui pleure.


     


    crois tu m'avoir detruite?


    ne crois tu pas en ma survie?


    mais saches que depuis ton depard.


    regarde moi bien du haut de ton enfer,


    car je souris depuis ta mort.


     


    pauvre pere que tu etais,


    tu te noyais dans des effluves de remords,


    devant ta destinée tu m'a perdu


    depuis ce jour d'inseste et d'horreur,


    moi qui n'etais que ta fille.


     


     


    ton haleine pue la mort et mon degout s'enchaine,


    votre commentaire
  • solitude,solitude,


    toi qui etais ma seule amie,


    qui t'aimais et apprecier


    pouvoir enfin te retrouver,


    ma confidente de toujours.


    je te buvais jusqu'a la lie,


    me protegeant,m'accompagnant,


    dans mes nuits blanches et d'ivresses,


    je t'ecrivais jusqu'au matin.


    desormais tu peux t'en aller,


    soulager ces mains que l'on te tend,


    tu fais parti de mon angoisse,


    en m'abillant de ton voile noire,


    tu m'enpeche de voir les jours


    et tu m'ettouffes pour que je meurs.


    je ne te veux plus comme maitresse,


    toi qui deviens mon pire cauchemar,


    dans mes nuits sombres et sans amants,


    et je reste toujours seule.


     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires